RECHERCHER

PostHeaderIcon (pseudo) Spirituel – Fait religieux, religions comparées, spiritualités… Frédéric Lenoir vous propose ses (sombres) lumières !

Dans le même temps, nous assistons à un réveil identitaire au sein des grandes traditions et à un retour des certitudes aux formes diverses : fondamentalismes, intégrismes, remplis sectaires. Ce sont ces étonnants paradoxes de la scène religieuse contemporaine que l’auteur explique ici, en s’attachant à en comprendre les racines historiques depuis la Renaissance.

 

 

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT

Une vulgarisation du fait religieux plutôt intéressante, en tout cas pour les newbies en spiritualité.

Celles et ceux qui ont déjà franchi le cap de la spiritualité consciente et appliquée au quotidien resteront un peu sur leur faim.

Car avec Frédéric Lenoir on est plutôt dans l’observation, le commentaire, la distanciation, parfois l’ « infotainment » (l’info-divertissement)… bref, même si sur le plan intellectuel ces conférences ne manquent pas d’intérêt, sur le plan spirituel, le coeur du sujet théoriquement, on est assez loin de la vraie spiritualité, qui faut-il le rappeler, nécessite un engagement, une immersion tout autant qu’une radicalité évidente !

Sur bien des poins Frédéric Lenoir a raison : la laïcisation des valeurs religieuses (NDLR – par les réseaux maçonniques) est évidente, et d’ailleurs cela relativise d’autant leur importance et leur influence quant aux valeurs actuelles.

De même la « culturisation » du spirituel est une réalité (Noël, etc..), mais si la forme est excellente, le fond lui pêche un peu, beaucoup même….

Pseudo spirituel ou faux spirituel ?

Et ce manque de fond, de fondamentaux, conduit assez vite vers le contre-sens, sinon l’erreur manifeste :

Par exemple, réduire le spirituel à l’individuel et ramener le religieux au collectif, est une bien étrange erreur d’interprétation : tout au contraire, le spirituel nous invite à vivre notre foi collectivement, à trouver des solutions de vies communes spirituelles : c’est d’ailleurs son principal enjeu.

De même sur le plan qualitatif, l’analyse de Frédéric Lenoir est inquiétante : certains individus ont une vraie démarche de spiritualité mais une spiritualité frelatée, déconnectée d’un message qualitatif qui impose que le spirituel soit confronté au réel, à la logique, à la raison !

L’époque moderne est surtout l’apanage des faux spirituels du genre new age, qui « progressent » intérieurement dans un spirituel de pacotille, et à l’inverse, nous avons des fondamentalistes extrémistes qui se nourrissent d’un spirituel délirant et ravageur, à des années lumières d’une spiritualité réfléchie et respectueuse, préparée par des officines de manipulations mentales.

Concernant le masculin et le féminin, il y a longtemps que la foi catholique, au-delà de l’Eglise, a mis au même plan le masculin (Le Christ) et le Féminin (sa mère adorée et immaculée) : il y a 2 000 ans maintenant. Frédéric Lenoir a-t’il manqué cet épisode ?

Bref, beaucoup de verbiage à connotation spirituelle et d’enfoncements de portes ouvertes, où l’intervenant tente de replacer son message hautement vulgarisateur dans les codes de la pensée actuelle (avec en creux le scientisme des lumières, les théories du genre, l’oecuménisme, le noachisme, la matérialisme et autres fadaises)…

Cette méthode de communication en rapport avec la pensée unique et la doxa élitiste peut-elle expliquer le fait que les assistants à ces conférences semblent comme subjugués par l’intervenant ?

C’est probable, car si la connaissance livresque est au rendez-vous et le verbe accessible, le niveau en terme de vrai spirituel est assez faible…

D’ailleurs, se rendant compte de la faiblesse de sa pensée, l’intervenant préfère utiliser le terme sacré plutôt que le terme spirituel, ce qui effectivement est déjà nettement moins engageant !!

L’un des moments les plus comiques de sa conférence ? Lorsqu’il cite l’agent de la CIA et ami de la famille Bush, qui n’est autre que le dernier Dalaï Lama auto-proclamé Tenzyn Gyatso (lui-même ne croit plus à la force spirituelle de sa propre légende, largement mise en scène par Hollywood, et a mis en place une manoeuvre grossière et grotesque, sans doute conseillé par l’Oncle Sam, pour tenter de déjouer les plans de Pékin), comme un Maître spirituel (et le public qui applaudit) avec son message hédoniste tout droit sorti d’une agence publicitaire… c’est à se tordre de rire ! lol !!

Mercantilisme à peine voilé

La démarche spirituelle est une démarche d’engagement personnel et collectif, tandis que la notion de sacré (on pourrait plutôt parler de sacral dans con cas) étant une notion d’observation finalement assez éloignée et vraiment peu engageante.

Frédéric Lenoir ne parle pas de spirituel au sens premier du terme, au sens noble et vrai, mais propose plutôt une sorte de recette new age picorant ici et là, à la mode libérale libertaire, pour mieux se connaitre soi-même, augmenter son capital de pensée intérieure et pour vivre mieux…

Attention au contenu entre le produit vendu et l’étiquette,

Frédéric Lenoir est au Spirituel et au Sacré ce que Rue89 ou Mediapart est à la Dissidence, ou ce que Macron est à l’anti-Système…

Si l’on devait résumer ses conférences et ses livres en un slogan, ce serait :

« Comment augmenter votre Pouvoir spirituel et vivre mieux ! »… soit à peu près l’inverse d’une vraie démarche spirituelle.

Face au spectacle du fétichisme de la marchandise (ici des bouquins  et des conférences pour gogo-consommateurs avides de spirituel facile), n’est pas Francis Cousin qui veut.

5 réponses à to “(pseudo) Spirituel – Fait religieux, religions comparées, spiritualités… Frédéric Lenoir vous propose ses (sombres) lumières !”

  • christ0 dit :

    « Comment augmenter votre Pouvoir spirituel et vivre mieux ! », en effet, il y a bcp de ça chez les adeptes des « philosophies » indiennes à la sauce occidentale.
    Le « lâché prise » comme mentra est bien commode pour la soumission à la société de la marchandise et du mensonge, tout comme l’église réformée en « paix » avec l’argent.
    Mais, dans le Catholicisme, il y a deux religions. Celle des bourgeois, qui utilisent Jésus, Marie, les saints et l’autorité de l’église comme les notaires et les gardes chiourmes des gens modestes. A ceux là, je leur préfère encore les babas-bouddha. Ce catholicisme là (Zombi depuis la révolution industrielle) a été bien plus responsable de l’écroulement de la foi que tous les franc-macs réunis. Ce sont ces cathos qui ont poussaient les pauvres, les damnés de la terre vers le communisme. Au moins une « religion » qui pouvait quelque chose pour eux et même les nourrir spirituellement. D’ailleurs, aujourd’hui il n’ont même plus cette dernière roue de secours. On leur a tout pris.
    Le derniers à vouloir réconcilier Jésus et Marx c’était Chavez, ils l’ont tué. D’ailleurs ce n’était pas une « fusion » du christianisme et du marxisme, c’était le vrai message du Christ qu’il énonçait.

  • christ0 dit :

    Chavez, « marxiste comme Jésus » 15h58, le 16 janvier 2010,

    Le président du Venezuela Hugo Chavez a reconnu qu’il était marxiste, « tout autant que ceux qui suivent les idées de Jésus Christ et tout autant que le libérateur de l’Amérique, Simon Bolivar », indique samedi l’agence RIA Novosti. « Qui peut penser que le Christ était un capitaliste? Le Christ était plus radical qu’aucun de nous », a déclaré Hugo Chavez. Selon le président, l’humanité ne trouvera le salut qu’après « en avoir fini avec le capitalisme ».

    http://www.europe1.fr/international/chavez-marxiste-comme-jesus-99500

Laisser un commentaire