RECHERCHER

PostHeaderIcon Démasqué – Méluche confirme : Il ne sortira pas de l’UE, et si son plan A « internationaliste » est refusé par les autres pays, il imposera son plan B « internationaliste » à ceux qui le veulent…

Staline pourrait presque se réveiller d’entre les morts en écoutant pérorer Mélenchon, qui annonce que si son plan A « inernationaliste » est refusé, son plan B « Internationaliste » (hologramme ?) sera imposé aux autres pays d’Europe qui l’accepteraient, sachant que le Plan B ne serait autre que le Plan A maintenu (toi avoir compris, camarade Joseph) :

Mais dans tous les cas (qui en réalité ne font qu’un si vous avez bien suivi), frérot Méluche ne sortirait pas de l’Union Européenne comme il le rappelle dans cette vidéo quasi martiale, qui sent le pou-putsch à pleins poumons.

Bon, tout cela est de la pure comédie politico-médiatique pour capter les voix du mécontentement bien évidemment, et Staline peut se rendormir sur ses 2 oreilles :

Une fois glanés les suffrages des gogos (souvent jeunes et peu éduqués), Méluche les offrira sur un plateauau candidat de la banque (Macron) ou du grand Patronat (Fillon), sans conditions…

3 réponses à to “Démasqué – Méluche confirme : Il ne sortira pas de l’UE, et si son plan A « internationaliste » est refusé par les autres pays, il imposera son plan B « internationaliste » à ceux qui le veulent…”

  • christ0 dit :

    La même usine à gaz et à bobards que le FN.
    Méluche c’est le petit père de l’union européenne insoumise, mais en laisse.
    De Merluchon c’est Maxime Gremetz (un vrai coco) qui en parle le mieux.
    « Mélenchon fermera sa gueule ! »
    http://www.dailymotion.com/video/xgqbun_melenchon-fermera-sa-gueule-maxime-gremetz_news

    Il faut aussi savoir que son parti est gavé de trotskars de haut vol et que lui-même l’ai tjrs, d’ou un mondialisme à peine dissimulé. Son ennemi reste la Nation et non pas le capital.

    Aurélien Bernier (ex front de gauche)
    La Gauche radicale et ses tabous
    éditions du Seuil 2014
    « Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche s’enferme dans trois contradictions. Il veut restaurer la souveraineté populaire mais ne défend plus la Nation, seul espace possible pour une réelle démocratie. Il lutte pour une « autre Europe », sociale et solidaire, mais n’assume pas la nécessaire rupture avec l’ordre juridique et monétaire européen. Il est anticapitaliste mais renonce au protectionnisme contre le libre échange mondialisé qui brise toutes les résistances. Souveraineté nationale, désobéissance européenne et protectionnisme : tels sont les trois sujets tabous dont la gauche radicale doit se ressaisir, au lieu de les abandonner au Front national qui a beau jeu de se présenter comme le seul protecteur du peuple français face à la pression des marchés et à l’Europe ultralibérale »

    Cet auteur, Aurélien Bernier, a du faire un stage à l’UPR…

  • Vax dit :

    Je me trompe ou bien Mélenchon est un peu nationaliste ?
    imposer la prédominance de l’intérêt national par rapport aux autres nations.
    Je ne suis pas trop sûr, mais son histoire n’est pas claire.

  • christ0 dit :

    Non Vax, ce n’est pas du nationalisme, c’est de l’impérialisme.
    Imposer aux autres sa vision et son ordre ça s’appelle comme ça.
    Un synonyme plus actuel d’impérialisme pourrait être mondialisme…
    Donc Merluchon est bien resté un petit militant trotskiste.

Laisser un commentaire