RECHERCHER

Archive pour juin 2016

PostHeaderIcon Bal des Quenelles 2016 – Le dissident Dieudonné interviewé par Morgan Priest

Une interview plutôt profonde, spirituellement inspirée, assez sincère et touchante !

En tous les cas une interview qui sera peu appréciée dans les cercles autorisés, n’en doutons pas.

PostHeaderIcon Forfaiture européiste et exoplanètes – Jean-Claude Juncker souhaite une adoption du traité de libre-échange UE-Canada sans demander l’avis des parlements nationaux

Source : upr.fr

« Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker souhaite une adoption du traité de libre-échange UE-Canada (CETA)… sans demander l’avis des parlements nationaux !


Vidéo de Fin Juin 2016 : Plus mégalo et illuminé que jamais, Jean-Claude Juncker se prétend en lien direct avec des hauts dirigeants d’autres planètes…

Alors que la nature dictatoriale de la prétendue « construction européenne » apparaît clairement à un nombre croissant de citoyens à travers l’Europe, le président de la Commission européenne vient de déclarer publiquement qu’il estime qu’il estime que les parlements nationaux n’ont pas à être consultés pour la signature du traité de libre-échange UE-Canada (CETA).

Est-ce de l’inconscience politique totale ? Ou est-ce un énième bras d’honneur mafieux, du chef de bande qui se pense intouchable ?

En tout cas, cette nouvelle déclaration va contribuer à jeter de l’huile sur le feu de l’incendie qui a commencé à ravager l’édifice européen.

Notons que ce traité CETA constitue une sorte de préfiguration du trop célèbre traité de libre-échange UE-États-Unis (TTIP ou TAFTA), sur lequel les négociations menées par la Commission avancent dans la plus complète opacité.

L’idée de jean-Claude Juncker et de la mafia qui a pris le pouvoir en Europe serait-elle de faire signer le TAFTA en mettant carrément les parlementaires nationaux de côté ? On ne saurait alors mieux dire que ce qui reste de démocratie est définitivement enterré.

Rappels utiles sur qui est Jean-Claude Juncker

Avant d’être président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker a été Premier ministre du Luxembourg. (…) »

Retrouvez la suite et la fin de cet article sur le site de l’upr.fr

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Mais enfin, peut-on nous expliquer pour donc qui se prennent-ils ces gens-là ?

Ont-ils appris à l’école le sens du terme « démocratie« , dont ils se prévalent et se repaissent sans cesse face caméras, eux et leurs sbires (pas leurs Maîtres-à-penser il est vrai, qui n’hésitent pas à annoncer une dictature mondiale) ?

Pas sûr qu’ils vivent sur la même planète que le bas peuple de plus en plus énervé par leurs grandes combines.

PostHeaderIcon Affairisme d’Etat – Allez Nanard, va falloir rendre le magot aux contribuables maintenant, jusqu’au dernier centime, confirme Jean Peyrelevade !

Les recours sont désormais épuisés, et l’affairiste proche des milieux LRPS et Radicaux, l’inénarrable Bernard Tapie, va devoir désormais cracher au bassinet la modique somme de 460 millions d’Euros, acquise illégalement selon la cours de Cassation lors d’un arbitrage frauduleux…

Cependant, le condamné se déclare officiellement « ruiné » et combatif, et compte bien ne pas rembourser un seul et unique centime du magot acquis frauduleusement avec de (très) puissants relais, lors d’une insupportable escroquerie en bande organisée !

Mais s’il semble avoir mis ses sociétés temporairement à l’abri du fisc, il dispose de nombreux bien enregistrés qui vont pouvoir être saisis en totalité et jusqu’au dernier centime, souhaitons-le pour les contribuables floués, avec également des prélèvements automatisés sur tous ses gains et le report de sa dette au débit son héritage, comme les lois fiscales le prévoient.

Sans parler des poursuites pénales pour cette escroquerie XXL.

PostHeaderIcon Bréviaire de l’Amour ou chronique de la haine ordinaire ? BHL se lâche sur son site web contre les opposants au Système Euro-atlantiste

Voici regroupées toutes les insultes proférées par BHL à l’encontre du peuple britannique qui a majoritairement voté pour le Brexit et de ses soutiens, sur son site fétiche de la laregledujeu.org :

French philosopher and writer Bernard-Henri Levy looks on after being hit by a cream pie thrown by Belgian notorious pie thrower Noel Godin ahead of a discussion between Belgian artist Jan Fabre and Bernard-Henri Levy on the exhibition "Facing time. Rops/ Fabre" in Namur, on May 30 2015. AFP PHOTO / BELGA PHOTO / ANTHONY DEHEZ **BELGIUM OUT**

« Rance », « bête », « boursouflure », « carton-pâte », « clowns », « débiles », « fachos », hooligans, « embiérés », « analphabètes », « fronts de boeufs », « petit », « crétinerie », « batteurs d’estrades », « ennemis de la lumière », « adversaires de la démocratie », « nains de jardin », « ceux qui laissent pourrir ce monde dans les poubelles », « dictature », « effroyables démons », « pré-totalitaires », « grimaces », « éructations », « incompétence », « vulgarité », « amour du vide », « haine de l’autre », « le pire », telles sont les principales insultes proférées par le « philosophe » milliardaire contre les opposants à l’Union Européenne dans son dernier papier en date, comme d’autres enfilent des perles d’amour.

L’INTERROGATION DU LABO SOLEIL VERT

Véritable analyse géopolitique constructive  ou simple auto-portrait en creux mâtiné de projection(s) au sens non pas culinaire (pas glop !), mais psychanalytique du terme ?

PostHeaderIcon Social-traitrise ? RIen ne va plus au sein du PS à Bordeaux, lors de la visite du Ministre Le Foll aux militants socialistes…

« C’est ça la démocratie ? C’est un scandale !« , s’insurge un militant PS qui venait d’être plaqué au sol par le service d’ordre, lors de la visite de son propre Ministre socialiste, Stéphane le Foll, dans une ambiance de défiance surréaliste :

Accusés publiquement par le chanteur sur le retour Renaud et par quelques autres de « social-traîtres« , les dirigeants socialistes vont-ils pouvoir tenir jusqu’en 2017 ?

En tous les cas le Ministre a du filer à l’anglaise sous les huées de son propre camp…

PostHeaderIcon Plan anti-pollution à Paris – La Maire socialiste Hidalgo n’aime pas les pauvres…

Source : bvoltaire.fr

Anne Hidalgo prétend désormais interdire l’entrée de Paris aux véhicules et aux deux-roues anciens (15 ans et plus) qui polluent trop. Christian Combaz, qui roule à moto (une Honda de 1994), proteste contre cette mesure qui ne vise, selon lui, qu’à brimer encore une fois les pauvres. L’occasion de souligner qu’en France, « la loi n’est plus faite par le peuple mais contre lui ».

LE RAPPEL DU LABO SOLEIL VERT

Un véhicule pollue 1,8 fois plus à la production que durant toute sa durée d’utilisation, en moyenne :

On voit donc bien à la lueur de cette simple donnée statistique que la Maire de Paris fait preuve de démagogie et aussi d’allégeance aux lobbys en imposant une telle mesure de gaspillage !

Mais comme aucun média aligné et subventionné n’osera apporter les vrais arguments, toute cette fine équipe politicarde pourra dormir sur ses 2 oreilles !

PostHeaderIcon ‎Brexit‬ – Pierre Jovanovic : « Il faut sortir de l’Europe qui est en train de nous détruire »

PostHeaderIcon Euro-atlantisme béat sur Carrément Brunet – La farce c’est 100% du temps d’antenne de RMC

Quelle vaste plaisanterie sur la radio RMC, avec ses porte-parole aux ordres, écoutez plutôt cet extrait de Carrément Brunet, avec un simple sympathisant de l’UPR qui mouche l’animateur :

 

On croirait du Pathé Marconi… la Voix de son Maître (euro-atlantiste).

Ecoutons plutôt François Asselineau sur France Maghreb 2 :

C’est clair que ce n’est pas le même niveau, lol !

PostHeaderIcon Carnet – Guy Nègre, l’inventeur de la voiture à Air Comprimé, nous a quittés sans avoir vu l’aboutissement de ses travaux

Triste nouvelle. Les habitués du LABO SOLEIL VERT et des éditions précédentes le connaissaient car nous avons relayé régulièrement son projet révolutionnaire de voiture à air comprimé :

Guy Nègre est décédé à l’âge de 75 ans et ne verra donc pas l’aboutissement de son projet lancé il y a plus de 20 ans…

Ses interventions ces derniers mois se faisaient plus rares et lors de la dernière interview que nous avions publié de lui, il apparaissait quelque peu fatigué, affaibli.

L’âge sans doute, mais aussi le fait d’avoir lutté des années durant contre le Système :

Issu du milieu de la Formule 1, à des années lumières de son concept philosophique, Guy Nègre était un ingénieur visionnaire quelque peu esseulé et décalé, et il n’avait d’évidence pas le bon réseau qui soit adapté à son projet.

Et malheureusement, peut-être mal conseillé, il n’est pas parvenu à créer de toutes pièces un réseau de soutien autour de lui, à composante écologique et novatrice, malgré les innombrables bonnes volontés.

Pire, et comme nous l’avions constaté nous-même de visu, son staff menaçait parfois d’attaquer en justice des sites web qui faisaient la promotion de ses projets !!

Forcément, cette méconnaissance assez sidérante du milieu alternatif n’a pas aidé à la promotion de son projet, et ce n’étaient évidemment pas les grandes multinationales qui, malgré quelques succès d’estime et quelques contrats, allaient soutenir le projet à bout de bras…

Il semblerait que la Société MDI qu’il avait créée et curieusement domiciliée au Luxembourg – là encore, ce n’était vraiment pas le bon réseau ni la bonne image à donner aux acheteurs potentiel se ses véhicules – doive continuer à porter le projet, et une nouvelle nouvelle version de l’Air Pod 2.0 serait en cours de finalisation et de production en Sardaigne, apprend-on sur le site officiel de la marque.

Espérons en hommage à l’aspect techniquement et écologiquement visionnaire de son père, que Cyril Nègre prendra la relève et saura cette fois mettre en place un vrai écosystème et un réseau alternatif favorables à cette idée grandiose !

Bravo à Guy Nègre pour le travail accompli et nous souhaitons à ses successeurs la plus grandes réussite à ce projet que nous continuerons inlassablement à suivre de près dans les mois et années à venir, malgré les ragots insistants sur la faisabilité de cette technologie révolutionnaire.

Toutes nos condoléances aux proches et à la famille ne ces moments difficiles.

PostHeaderIcon La Reine Elisabeth II (pro-Brexit) se paie la tête des journalistes et des élites qui annonçaient la fin du monde en cas de sortie de l’Union Européenne !

A 90 ans, elle reste l’incarnation vivante de l’Angleterre : La Reine Elisabeth II vient de se payer la tête des journalistes et des élites qui annonçaient la fin du monde en cas de Brexit !

reine-elisabeth-en-vie

Interrogée par les relais européistes et pro-NWO, la Reine s’est moquée de leurs prévisions alarmistes par une petite phrase bien ciselée :

« DE TOUTE FAÇON, JE SUIS TOUJOURS EN VIE !

Et toc !

PostHeaderIcon Alain Escada : « Le Brexit est une gifle du pays réel au pays légal, aux mondialistes et aux banksters », mais…

Source : medias-presse.info

« La nouvelle est tombée ce matin (NDLR : 23 Juin 2016) : le référendum organisé ce 23 juin au Royaume-Uni a donné gagnante la sortie de ce pays de l’Union Européenne.

C’est une victoire des paysans, des pêcheurs, des artisans, des petits commerçants, des petites entreprises, des ouvriers, des employés, des “sans dents”, des familles, des patriotes et du bon sens.

C’est une défaite des mondialistes, des banksters, des multinationales, de la gauche internationaliste et apatride, des lobbies interlopes, des promoteurs du vice, des forces occultes, de la synarchie, du syncrétisme religieux, des médias du système et de la jet-set décadente et cosmopolite.

CIVITAS félicite les électeurs britanniques pour cette victoire du pays réel sur le pays légal. Une victoire qui fait du bien au moral.

Il faut maintenant espérer que le pays réel ne sera pas spolié de cette victoire par des politiciens corrompus, comme cela fut le cas en France et aux Pays-Bas lors de précédents référendums.

Il faut surtout avoir bien en tête que le système vient de recevoir une gifle mais qu’il n’est pas à terre, loin de là. La propagande va redoubler d’efforts dans les prochaines heures et prendre prétexte du Brexit pour justifier de nouvelles mesures urgentes en faveur du renforcement du mondialisme contre le prétendu “repli sur soi”.  Des représentants de la haute finance vagabonde aux tenants de la haine de Dieu, de la Patrie et de la Famille, en passant par les troupeaux de bien-pensants manipulés, tous vont se donner la main pour utiliser ce Brexit à leur profit.

A nous de résister et de préparer la suite ! »

Alain Escada,
président de CIVITAS

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Il suffit de constater les diatribes xénbophobes, violentes et haineuses d’un BHL à l’encontre des votants du Royaume-Uni pour comprendre que les élites sont blessées dans leur orgueil et comptent bien durcir davantage encore la situation…

A noter par ailleurs que Civitas, pourchassé par les religieux Francs-maçons, s’est transformé en parti politique : A malins, malins et demi !

PostHeaderIcon Punition divine et idiots utiles – Un antifa masqué brûle un deapeau français à Rennes et se brûle la main !

Ce mardi, lors de la manifestation à Rennes contre la loi Travail, un drapeau français a été incendié par un antifa masqué. Cela s’est passé rue Anatole-France devant l’ancienne caserne Mac Mahon, au milieu du parcours.

antifa-drapeau-brule

Le drapeau bleu blanc rouge a entièrement brûlé. L’homme qui le tenait a été blessé à la main, car le feu a aussi pris dans un de ses gants.

Les policiers de la brigade anticriminalité ont tenté de l’interpeller, mais un groupe de manifestants s’est interposé.

Finalement, le blessé manipulateur ou manipulé, et qui visiblement ne sait pas que la Loi El Khomri est directement reliée au drapeau européen (comme Juncker l’a récemment rappelé), a été soigné à l’hôpital, puis il a été placé en garde à vue au commissariat, puis il a été placé en garde à vue au commissariat.

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Puisque le gouvernement français et la justice ne punissent pas les antifas pour leurs crimes et délits, il semble que la Providence s’en charge…

PostHeaderIcon Le brexit et ses conséquences : entretien de François Asselineau sur la radio Tropiques FM

brexit-tropiques-fm

son-lecteur
François Asselineau était lundi 27 juin à midi, l’invité de Jean-Jacques Seymour sur la radio Tropiques FM, pour parler du Brexit.

PostHeaderIcon 27 ANS APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN – Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale par Thierry Meyssan

Source : Thierry Meyssan, Réseau Voltaire

« Alors que la presse internationale cherche des moyens pour relancer la construction européenne, toujours sans la Russie et désormais sans le Royaume-Uni, Thierry Meyssan considère que rien ne pourra plus éviter l’effondrement du système. Cependant, souligne-t-il, ce qui est en jeu, ce n’est pas l’Union européenne elle-même, mais l’ensemble des institutions qui permettent la domination des États-Unis dans le monde et l’intégrité des États-Unis eux-mêmes.

| DAMAS (SYRIE)

reine-brexit-champagne
Favorable au Brexit, la reine Elizabeth va pouvoir réorienter son pays vers le yuan.

Personne ne semble comprendre les conséquences de la décision britannique de quitter l’Union européenne. Les commentateurs, qui interprètent la politique politicienne et ont perdu depuis longtemps la connaissance des enjeux internationaux, se sont focalisés sur les éléments d’une campagne absurde : d’un côté les adversaires d’une immigration sans contrôle et de l’autre des « pères fouettards » menaçant le Royaume-Uni des pires tourments.

Or, les enjeux de cette décision n’ont aucun rapport avec ces thèmes. Le décalage entre la réalité et le discours politico-médiatique illustre la maladie dont souffrent les élites occidentales : leur incompétence.

Alors que le voile se déchire sous nos yeux, nos élites ne comprennent pas plus la situation que le Parti communiste de l’Union soviétique n’envisageait les conséquences de la chute du Mur de Berlin en novembre 1989 : la dissolution l’URSS en décembre 1991, puis du Conseil d’assistance économique mutuelle (Comecon) et du Pacte de Varsovie six mois plus tard, puis encore les tentatives de démantèlement de la Russie elle-même qui faillit perdre la Tchétchènie.

Dans un futur très proche, nous assisterons identiquement à la dissolution de l’Union européenne, puis de l’Otan, et s’ils n’y prennent garde au démantèlement des États-Unis.

Quels intérêts derrière le Brexit ?

Contrairement aux rodomontades de Nigel Farage, l’UKIP n’est pas à l’origine du référendum qu’il vient de gagner. Cette décision a été imposée à David Cameron par des membres du Parti conservateur.

Pour eux, la politique de Londres doit être une adaptation pragmatique aux évolutions du monde. Cette « nation d’épiciers », ainsi que la qualifiait Napoléon, observe que les États-Unis ne sont plus ni la première économie mondiale, ni la première puissance militaire. Ils n’ont donc plus de raison d’en être les partenaires privilégiés.

De même que Margaret Thatcher n’avait pas hésité à détruire l’industrie britannique pour transformer son pays en un centre financier mondial ; de même ces conservateurs n’ont pas hésité à ouvrir la voie à l’indépendance de l’Écosse et de l’Irlande du Nord, et donc à la perte du pétrole de la mer du Nord, pour faire de la City le premier centre financier off shore du yuan.

La campagne pour le Brexit a été largement soutenue par laGentry et le palais de Buckingham qui ont mobilisé la presse populaire pour appeler à revenir à l’indépendance.

Contrairement à ce qu’explique la presse européenne, le départ des Britanniques de l’UE ne se fera pas lentement parce que l’UE va s’effondrer plus vite que le temps nécessaire aux négociations bureaucratiques de leur sortie. Les États du Comecon n’ont pas eu à négocier leur sortie parce que le Comecon a cessé de fonctionner dès le mouvement centrifuge amorcé. Les États membres de l’UE qui s’accrochent aux branches et persistent à sauver ce qui reste de l’Union vont rater leur adaptation à la nouvelle donne au risque de connaître les douloureuses convulsions des premières années de la nouvelle Russie : chute vertigineuse du niveau de vie et de l’espérance de vie.

Pour la centaine de milliers de fonctionnaires, d’élus et de collaborateurs européens qui perdront inévitablement leur emploi et pour les élites nationales qui sont également tributaires de ce système, il convient d’urgence de réformer les institutions pour les sauver. Tous considèrent à tort que le Brexit ouvre une brèche dans laquelle les Eurosceptiques vont s’engouffrer. Or, le Brexit n’est qu’une réponse au déclin des États-Unis.

Le Pentagone, qui prépare le sommet de l’Otan à Varsovie, n’a pas non plus compris qu’il n’était plus en position d’imposer à ses alliés de développer leur budget de Défense et de soutenir ses aventures militaires. La domination de Washington sur le reste du monde est terminée.

Nous changeons d’ère.

Qu’est-ce-qui va changer ?

La chute du bloc soviétique a d’abord été la mort d’une vision du monde. Les Soviétiques et leurs alliés voulaient construire une société solidaire où l’on mette le plus de choses possible en commun. Ils ont eu une bureaucratie titanesque et des dirigeants nécrosés.

Le Mur de Berlin n’a pas été abattu par des anti-communistes, mais par une coalition des Jeunesses communistes et des Églises luthériennes. Ils entendaient refonder l’idéal communiste débarrassé de la tutelle soviétique, de la police politique et de la bureaucratie. Ils ont été trahis par leurs élites qui, après avoir servi les intérêts des Soviétiques se sont engouffrés avec autant d’ardeur pour servir ceux des États-uniens. Les électeurs du Brexit les plus engagés cherchent d’abord à retrouver leur souveraineté nationale et à faire payer aux dirigeants ouest-européens l’arrogance dont ils ont fait preuve en imposant le Traité de Lisbonne après le rejet populaire de la Constitution européenne (2004-07). Ils pourraient eux aussi être déçus par ce qui va suivre.

Le Brexit marque la fin de la domination idéologique des États-Unis, celle de la démocratie au rabais des « Quatre libertés ». Dans son discours sur l’état de l’union de 1941, le président Roosevelt les avaient définies comme (1) la liberté de parole et d’expression, (2) la liberté de chacun d’honorer Dieu comme il l’entend, (3) la liberté du besoin, (4) la liberté de la peur [d’une agression étrangère]. Si les Anglais vont revenir à leurs traditions, les Européens continentaux vont retrouver les questionnements des révolutions française et russe sur la légitimité du pouvoir, et bouleverser leurs institutions au risque de voir resurgir le conflit franco-allemand.

Le Brexit marque aussi la fin de la domination militaro-économique US ; l’Otan et l’UE n’étant que les deux faces d’une seule et unique pièce, même si la construction de la Politique étrangère et de sécurité commune a été plus longue à mettre en œuvre que celle du libre-échange. Récemment, je rédigeais une note sur cette politique face à la Syrie. J’examinais tous les documents internes de l’UE, qu’ils soient publics ou non publiés, pour arriver à la conclusion qu’ils ont été rédigés sans aucune connaissance de la réalité de terrain, mais à partir des notes du ministère allemand des Affaires étrangères, lui-même reproduisant les instructions du département d’État US. J’avais eu il y a quelques années à effectuer la même démarche pour un autre État et j’étais arrivé à une conclusion similaire (sauf que dans cet autre cas, l’intermédiaire n’était pas le gouvernement allemand, mais le français).

Premières conséquences au sein de l’UE

Actuellement, des syndicats français rejettent le projet de loi sur le Travail qui a été rédigé par le gouvernement Valls sur la base d’un rapport de l’Union européenne, lui-même inspiré par les instructions du département d’État US. Si la mobilisation de la CGT a permis aux Français de découvrir le rôle de l’UE dans cette affaire, ils n’ont toujours pas saisi l’articulation UE-USA. Ils ont compris qu’en inversant les normes et en plaçant les accords d’entreprise au-dessus des accords de branche, le gouvernement remettait en réalité en cause la prééminence de la Loi sur le contrat, mais ils ignorent la stratégie de Joseph Korbel et de ses deux enfants, sa fille naturelle la démocrate Madeleine Albright et sa fille adoptive la républicaine Condoleezza Rice. Le professeur Korbel assurait que pour dominer le monde, il suffisait que Washington impose une réécriture des relations internationales dans des termes juridiques anglo-saxons. En effet, en plaçant le contrat au-dessus de la Loi le droit anglo-saxon privilégie sur le long terme les riches et les puissants par rapport aux pauvres et aux misérables.

Il est probable que les Français, les Hollandais, les Danois et d’autres encore tenteront de se détacher de l’UE. Ils devront pour cela affronter leur classe dirigeante. Si la durée de ce combat est imprévisible, son issue ne fait plus de doute. Quoi qu’il en soit, dans la période de bouleversement qui s’annonce, les ouvriers français seront difficilement manipulables, à la différence de leurs homologues anglais, aujourd’hui désorganisés.

Premières conséquences pour le Royaume-Uni

Le Premier ministre David Cameron a argué des vacances d’été pour remettre sa démission à octobre. Son successeur, en principe Boris Johnson, peut donc préparer le changement pour l’appliquer instantanément à son arrivée à Downing Street. Le Royaume-Uni n’attendra pas sa sortie définitive de l’UE pour mener sa propre politique. À commencer par se dissocier des sanctions prises à l’encontre de la Russie et de la Syrie.

Contrairement à ce qu’écrit la presse européenne, la City de Londres n’est pas directement concernée par le Brexit. Compte tenu de son statut particulier d’État indépendant placé sous l’autorité de la Couronne, elle n’a jamais fait partie de l’Union européenne. Certes, elle ne pourra plus abriter les sièges sociaux de certaines compagnies qui se replieront dans l’Union, mais au contraire elle pourra utiliser la souveraineté de Londres pour développer le marché du yuan. Déjà en avril, elle a obtenu les privilèges nécessaires en signant un accord avec la Banque centrale de Chine. En outre, elle devrait développer ses activités de paradis fiscal pour les Européens. »

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Sans surprise, les grands esprits se rencontrent et Thierry Meyssan propose une analyse très proche de celle de François Asselineau, tant en ce qui concerne la couronne britannique que l’inévitable Oncle Sam.

Une analyse dans ses grandes lignes frappée du coin du bon sens, en tout cas pour qui s’intéresse de longue date au dessous des cartes.

PostHeaderIcon L’Empire contre-attaque – Le secrétaire d’État américain John Kerry s’invite à Londres et à Bruxelles dès lundi

Source : UPR.FR

« Suite au Brexit, Washington, inquiet, veut tenter de sauver son glacis géopolitique européen qui menace ruine : le secrétaire d’état américain John Kerry s’invite à Londres et à Bruxelles dès lundi.

europe-usa-kerry

Source illustration : UPR.FR.

Le secrétaire d’État américain John Kerry se rend ce lundi 27 juin à Londres, pour rencontrer son homologue britannique Philippe Hammond, et à Bruxelles pour rencontrer la « ministre des affaires étrangères de l’UE », l’Italienne Federica Mogherini. Les dépêches de presse ne précisent pas s’il n’aura pas d’autres entretiens plus discrets.

Citée par l’agence Reuters, une source haut placée au sein de la diplomatie américaine a révélé que le but de la visite de John Kerry était de mettre en garde les autres pays de l’Union européenne contre la réédition du scénario britannique. Entendu par là que toute nouvelle sortie ne fera qu’affaiblir l’Union européenne.

Bref, le gouvernement américain, très inquiet de la tournure prise par les événements, veut à tout prix éviter l’effet domino, avec un « Dexit », un « Frexit », un « Nexit », etc.

Commentaires

Cette information est importante mais elle n’étonnera pas mes lecteurs. Elle n’étonnera en particulier pas tous ceux qui ont visionné :

1) ma conférence « Qui gouverne la France ? » (enregistrée le 27 avril 2012, il y a plus de 4 ans)

2) ma conférence « Les origines cachées de la construction européenne » (enregistrée le 24 avril 2014)

3) ma conférence « L’influence américaine dans les organisations internationales » (enregistrée le 18 janvier 2015).

Depuis la création même de l’UPR, j’explique que la prétendue « construction européenne » est en réalité une gigantesque manœuvre stratégique de vassalisation de l’ensemble du continent européen par les États-Unis :

– de l’Europe occidentale entre 1944 (conférence de Yalta) et 1991 (chute de l’URSS)

– de toute l’Europe, occidentale et orientale, depuis 1991 (chute de l’URSS) et jusqu’à nos jours.

La venue de John Kerry pour tenter d’empêcher que l’édifice européen ne s’écroule n’étonnera en fait que ceux qui croient encore – sous la foi de décennies de propagande – que la prétendue « construction européenne » aurait vocation à « faire le poids » face aux États-Unis…

Ce mensonge monumental est l’un des bobards clés de la propagande européiste. Il fut notamment largement employé par le Parti Socialiste lors du référendum sur le traité de Maastricht de 1992.

La photo qui illustre cet article présente en partie gauche l’affiche du PS… La partie droite de la photo montre à quel point les Français ont été bernés.

Conclusion

En septembre 2011, alors que la crise grecque battait son plein et que les autres États de la zone euro envisageaient sérieusement la sortie de la Grèce de l’euro (hypothèse connue sous le nom de « Grexit »), le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, s’était carrément invité à l’Eurogroupe (réunion des ministres des finances de la zone euro) de Wroclaw (Pologne) pour y taper du poing sur la table. (…) »

Lire la suit et la fin de cet article sur le site de l’UPR.FR

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Encore une excellente analyse de François Asselineau…

PostHeaderIcon Yes we can – En Espagne, les nouvelles élections n’ont servi à rien, le pays reste ingouvernable !

Les nouvelles élections qui se sont déroulées hier n’auront servi à rien : certes le Parti Populaire de Rajoy, malgré des scandales à faire pâlir LRPS, a gagné 15 sièges depuis décembre dernier, mais cela reste largement insuffisant pour espérer gouverner le pays !

Les Socialistes du PSOE arrivés seconds comme en décembre dernier, malgré une petite baisse, n’ont évidemment aucun intérêt à accepter une quelconque coalition avec la droite, les néo-européistes de gôche de Podémos (Yes We Can !) restant en embuscade à la 3ème place, bien qu’en baisse significative du fait de contradictions de moins en moins soutenables, tandis que les citoyens cent-tristes de Ciudadanos prennent l’eau eux aussi, tout en maintenant leur 4ème place.

Bref, l’Espagne se dirige vers de nouvelles élections dans 6 mois, pour tenter de trouver une majorité permettant de gouverner un pays au bord du gouffre, malgré les discours officiels rassurants, et alors que la bourse de Madrid s’est effondrée de près de -15% en 2 jours (un véritable krach boursier à peine évoque par les grands médias), après le Brexit et le risque de voir le demi-million de citoyens britanniques logeant sur la péninsule rentrer au bercail…

Pendant ce temps-là, la droate de Rajoy continuera à expédier les affaires courantes, voire à gouverner le pays malgré un score particulièrement faible !

Le circus politicus espagnol continue plus que jamais, dans un paysage politique plus verrouillé que jamais…

PostHeaderIcon Brainxit – Le cerveau des attentats de Paris et de Bruxelles serait un super-informateur des services secrets britanniques

Source : eric-verhaeghe.fr

« Passée inaperçue à la faveur du Brexit, cette révélation du Times sur les attentats de Paris : Mohammed Abrini, soupçonné d’être le cerveau des massacres du 13 novembre, est un informateur des services secrets britanniques. Il aurait d’ailleurs pu s’expatrier en Grande-Bretagne et y changer d’identité.

Je livre ici la dépêche publiée par la presse belge :

L’information parue hier dans le Sunday Times, l’édition dominicale du très sérieux Times attire l’attention. First Isis supergrass helps UK terror police est-il titré. (« La première taupe de l’État islamique aide la police antiterroriste britannique »). Selon le journal, l’homme au chapeau de Zaventem a aidé les officiers britanniques à recueillir des renseignements sur les complots terroristes présumés et les sympathisants djihadistes au Royaume-Uni.

Il aurait ainsi retourné sa veste. « Après des négociations secrètes entre l’Angleterre et la Belgique, les enquêteurs à Bruxelles ont posé des questions fournies par les autorités britanniques », peut-on ainsi lire.

Une information reprise notamment par l’édition électronique du Daily Mail. On y précise qu’un « Supergrass », dans le jargon britannique, est un informateur, une taupe qui, en échange d’informations importantes impliquant un grand nombre de personnes, peut espérer une immunité au niveau des poursuites, voire une peine plus clémente ou, mieux encore, une nouvelle identité.

Ici, dans le cas qui nous occupe, il n’est bien sûr pas question d’accorder ces faveurs au Belgo-Marocain. L’homme a participé à l’attentat à l’aéroport de Bruxelles-National, le 22 mars avec Najim Lachraoui et Ibrahim El Bakraoui. Il n’avait pas pu, « voulu » dit-il, faire détonner ses explosifs.

Il avait été interpellé le 8 avril à Anderlecht. On se souvient des incroyables images des caméras vidéo diffusées par la police fédérale. On le voyait quitter l’aéroport et marcher jusqu’à Bruxelles où il s’était évanoui pendant deux semaines. Aujourd’hui, Abrini est en détention préventive à la prison de Bruges.

No comment, comme disent les Anglais. »

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Décidément, que de liens entre les uns et les autres !

La justice belge aurait prétexté ces liens étroits entre le cerveau des attentats de Parsi et de Bruxelles avec les services secrets britanniques pour s’opposer à son extradition en France…. Quant à son frère officiellement mort en Syrie, il aurait pu avoir été exfiltré.

PostHeaderIcon P. Jovanovic – P-Y. Rougeyron : La revue de presse (juin 2016)

Publié le 19 Juin 2016

Pierre Jovanovic reçoit Pierre-Yves Rougeyron pour commenter les principales actualités économiques et financières du moment.

Avec le droit d’inventaire qui s’impose comme toujours…

PostHeaderIcon La Feuille de route du Pyramidion – « D’une manière ou d’une autre, le résultat du Brexit devra être renversé », tranche le Directeur International de la Godman Sachs

Source : UPR.FR

L’ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International a diffusé le Tweet suivant suite à la victoire du Brexit au référendum britannique :

« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être renversé. »

——- RAPPELS SUR PETER SUTHERLAND ——
Extrait de la notice Wikipedia de Peter Sutherland
—————————————————————-
Peter Sutherland, né le 25 avril 1946 à Foxrock dans le comté de Dun Laoghaire-Rathdown, est une personnalité des affaires et un homme politique irlandais.
Il est président de l’European Policy Centre, de Goldman Sachs International (depuis 1995), de BP (British Petroleum) (1997-2009), et aussi de la section Europe de la Commission Trilatérale (2001-2010). Il est aussi directeur non exécutif de la Royal Bank of Scotland.
De 1985 à 1989, il a été en poste à Bruxelles en tant que commissaire responsable de la politique de concurrence. Entre 1989 et 1993, Peter Sutherland a été président de Allied Irish Banks. Il fut directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995.
Peter Sutherland est aussi le représentant honoraire pour l’Union européenne du Transatlantic Policy Network.
Dans sa fonction comme envoyé spécial des Nations Unies Peter Sutherland a proposé aux États de l’Union européenne de « miner » ou « affaiblir leur homogénéité nationale ».

[ Source : http://www.bbc.com/news/uk-politics-18519395 ]

Il a été membre du comité directeur du groupe Bilderberg.
[ Source : http://www.bilderbergmeetings.org/former-steering-committee… ]

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT

Le pyramidion n’est pas content, mais comment va-t’il s’y prendre cette fois-ci pour quenelliser le peuple souverain britannique et inverser le résultat du référendum populaire ?

Qui vivra verra.

PostHeaderIcon Outing post-brexit – « Je hais les nations et méprise les nationalistes », lance le jeune « philosophe » Gaspard Koenig

Source : LeFigaro.fr

« FIGAROVOX/TRIBUNE : Gaspard Koenig a appris le Brexit dans l’avion entre Londres et Paris. En colère, le philosophe libéral déclare qu’il hait les nations, les barbelés des frontières et propose l’indépendance de Londres.

drapeaux-fr-gb


Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie, Gaspard Koenig est président du think-tank GenerationLibre. Son dernier livre, Le révolutionnaire, l’expert et le geek. Combat pour l’autonomie vient de paraitre aux éditions Plon.


J’ai appris le Brexit sur un vol transatlantique à destination de Londres, où je réside depuis 6 ans. Le steward venait nous voir toutes les demi-heures pour nous donner des nouvelles: Brexit, Remain, Brexit… Puis le commandant de bord a pris la parole pour annoncer les chiffres officiels. Les passagers étaient plus livides que pendant les pires turbulences.

Comme souvent, le pays de l’Habeas Corpus nous offre une leçon de démocratie: une promesse électorale tenue, un référendum clair, une participation conséquente, un Premier ministre qui démissionne dans la foulée. Et une décision qui, aussi désastreuse qu’elle soit pour l’économie britannique, sera strictement mis en oeuvre. Tout le contraire du traitement du référendum français sur la Constitution européenne. La volonté des citoyens est respectée.

La respecter n’empêche pas de la critiquer. En passant la frontière du Royaume-Uni à Heathrow, d’où les étoiles européennes disparaîtront bientôt, ma décision était prise: plier bagage. Quand 17 millions de personnes vous demandent de partir, il faut en tirer les conséquences. Une bonne partie des 300 000 Français vivant au Royaume-Uni fera probablement de même, de gré ou de force. Nous pensions vivre dans un pays ouvert, tolérant, respectueux des libertés. Or ces derniers mois, les incidents se sont multipliés: chauffeurs de taxi soudain agressifs, remarques sur l’accent, insultes murmurées. Ce référendum a fait ressurgir l’autre Angleterre, celle des hooligans et des Little Englanders. Cela semble méprisant? Oui. Je hais les nations, épiphénomène sanglant de l’histoire humaine, et méprise les nationalistes. La «souveraineté nationale», c’est un os à ronger lorsqu’on a perdu la seule souveraineté qui compte : celle de soi-même. (…) »

Lire la suite et la fin de cette inquiétante et outrancière diatribe ce cette sorte de Gaspard de la Nuit revisité sur le LeFigaro.fr.

LE COMMENTAIRE DU LABO SOLEIL VERT 

Forcément, et sans focaliser notre commentaire sur cet énergumène – une sorte de philosophe banquier à la BHL – apparemment dépité par la démocratie directe, les élites du Pyramidion et leurs relais illuminatillons, du haut de leurs avions polluant notre ciel, haïssent les nations plus que tout, car elles sont le ciment du peuple insoumis !

Et cela depuis la nuit des temps…

La nomenklatura néomondialiste et sans vergogne oublie trop souvent qu’elle doit son opulence et son succès au travail des populations facilement opprimées, pressées comme des citrons pour produire la richesse nécessaire au « progrès » matériel, et qui ont décidé de dire stop à un processus qui les ré-esclavagisait affreusement.

Pour l’affranchissement des peuples, à quand le vote d’une loi salvatrice condamnant les auteurs de propos anti-nationaux et incitant à la haine contre le pays à des timbres-amendes ?

Vive l’Angleterre, vive la France !